fleche

fleche Littérature
- Jiménez Juan Ramón
- Celaya Gabriel
- Darío Rubén
- Hernández Miguel
- Machado Antonio
- Sepúlveda Luis
- Alberti Rafael
- García Lorca Federico
- Mistral Gabriela
- Neruda Pablo
- Otros poetas
- Textes en prose et citations . Textos en prosa y citas

fleche Actualité-Infos
- Archives
- Présentation du collège

fleche Biographies
- Neruda Pablo
- Botero Fernando

fleche Fêtes et traditions (recettes, chansons...)
- Canciones
- Fêtes traditionnelles
- Recetas de cocina

fleche Géographie
- América Latina
- ESPAÑA
- La comunidad de Andalucía - L’Andalousie

fleche Histoire, Arts et Civilisation
- ARGENTINA

fleche Langue espagnole
- Grammaire et Conjugaison
- Jeux et divertissements
- Vocabulaire

Tous les articles de la rubrique :

 
  Vous êtes ici : Accueil > Biographies

Vie de Francisco de Goya y Lucientes

Goya Francisco

(1746-1828)

Version imprimable

Souvent appelé "le premier des modernes", Francisco Goya y Lucientes marque certainement le début du réalisme du 19ème siècle. On raconte que c’est Velazquez qui inspira ce style chez lui. Il travailla aux tapisseries royales avant de devenir peintre des aristocrates, puis peintre de la Cour et du Roi.

Goya a été nommé peintre officiel du roi en 1786. Mais en 1792 sa surdité l’écarte de la vie sociale de la cour. Il devient misanthrope et satirique. Ses dessins critiques "Caprichos" révèlent un cynisme et une lucidité impressionnante.

Certains de ses tableaux sont obscurs,hantés de visions cauchemardesques, comme la tableau de "Saturne" dévorant un de ses enfants.

C’est un peintre noir, qui décrit avec sensibilité les invasions napoléoniennes.

le 3 mai 1808 (1810-14),la lumière de cette chemise, le regard de cet homme qui va être fusillé, et l’anonymat des grognards napoléoniens rappelle la triste universalité de la violence de la guerre.

Entre 1810 y 1815 il réalise une série de gravures "Los desastres de la guerra". La vision cruelle de la guerre est dépeinte dans toute son horreur.

L’Inquisition lui demande des comptes sur "La Maja Desnuda"... peut être aussi pour avoir peint pour l’envahisseur français. Ayant perdu les faveurs de la Cour et du Roi, il se retire aux environs de Madrid.

En 1816 il publie des dessins appelés "Tauromaquia", mais de 1816 à 1824 il libère son style, peignant les murs de sa maison et deux séries de dessins : Proverbios et Disparates, profondément misanthropes et critiques. Il s’exile ensuite à Bordeaux, où il s’éteint en 1828.

Source : http://www.geocities.com/grenouille...

Saturno

3 de Mayo 1808

Publié par
Le jeudi 29 janvier 2004


Réagissez à cet article !